Tous Doivent Chuter








i degeneration




 Va, vis, deviens...

"Lorsque commencera l'An Mille qui vient après l'An Mille

Il faudra avoir peur pour l'enfant de l'homme

Le poison et le désespoir le guetteront

On ne l'aura désiré que pour soi et non pour lui ou pour le monde

Il sera traqué pour le plaisir et parfois on vendra son corps
Mais même celui qui sera protégé par les siens

Sera menacé d'avoir l'esprit mort

Il vivra dans le jeu et le mirage

Qui le guidera puisqu'il n'y aura plus maître

Personne ne lui aura enseigné à espérer et à agir...

Aucun Maître ne guidera l'Enfant
Et chacun parmi les autres sera seul
La tradition sera perdue
La loi sera oubliée
Comme si l'Annonce n'avait pas été faite
Et l'homme redeviendra sauvage...

On oubliera la faiblesse sacrée de l'enfant

Et son mystère
.
Il sera comme un poulain qu'on dresse

Comme un agneau qu'on saigne, qu'on abat

Et l'homme ne sera plus rien que barbarie..."